Acces nonvoyant, recommandé pour les personnes utilisant une synthèse vocale
Accueil

Accueil > La Cour d'appel > Actualités > Laon : information sur le traitement des violences conjugales

04 octobre 2010

Laon : information sur le traitement des violences conjugales

Une journée d’information sur le traitement judiciaire des violences conjugales a eu lieu à Laon le 29 septembre 2010

La lutte contre les violences faites aux femmes a été déclarée grande cause nationale 2010.

Dans ce contexte particulier, le 29 septembre 2010 s’est tenue à la maison des arts et des loisirs de Laon (Aisne), une journée d’information à destination des travailleurs sociaux sur le thème du traitement judiciaire des violences familiales.

 

Cette journée était organisée en partenariat avec le conseil départemental de l’accès au droit (CDAD), présidé par M. Marc Sauvage, président du tribunal de grande instance de Laon, présent tout au long des débats et le centre d’information sur les droits des femmes et des familles de l’Aisne (CIDFF 02) présidé par M. Claude Dufour qui a également participé aux travaux.

 

Ensemble des participants autour de M. Marc Sauvage (5ème en partant de la gauche), président du conseil départemental d'accès au droit

 

M. Jean-Pierre Delzoide, premier président de la cour d’appel d’Amiens, et M. Olivier de Baynast, procureur général, étaient représentés par Mme Giovanna Graffeo, magistrat délégué à la politique associative et à l’accès au droit.

 

Plusieurs magistrats du tribunal de grande instance de Laon sont intervenus : Mme Martine Brancourt, vice-présidente, exerçant les fonctions de juge aux affaires familiales, Mme Sophie Jouan et M. Guillaume Durr, juges de l’application des peines, Mme Céline Bertetto, juge des enfants, et Mme Hanène Romdhane, substitut, représentant M. Olivier Hussenet, procureur de la République.

 

Le barreau était également présent, avec notamment Maître Marie-Annick Gillet-Hauquier, avocat.

 

L'assistance

 

Le constat de départ était le suivant : un grand nombre de travailleurs sociaux ne connaissent pas les rouages de la justice et rencontrent des difficultés pour aider les victimes de violences conjugales.

 

A l’issue des travaux, qui se sont déroulés pour partie en petits groupes, les mécanismes judiciaires étaient mieux appréhendés compte tenu de la présentation par chaque magistrat de ses compétences et des cas pratiques étudiés.

pied de page