Acces nonvoyant, recommandé pour les personnes utilisant une synthèse vocale
Accueil

Accueil > La Cour d'appel > Actualités > La cour d'assises de la Somme enfin reconstruite !

29 juillet 2009

La cour d'assises de la Somme enfin reconstruite !

Le dimanche matin, 15 octobre 2000, les Amiénois découvraient que leur palais de justice construit entre 1863 et 1880,  était en feu . Un incendie avait été allumé dans le  secrétariat du greffe correctionnel qui avait été complètement détruit mais surtout dans le cabinet d’un juge d’instruction dont une grande partie des dossiers devaient  partir en fumée. Ce second foyer s’était propagé au plancher de la salle d’audience de la cour d’assises se trouvant juste au dessus, rendant la chambre inutilisable depuis lors. L’origine criminelle du sinistre ne faisait aucun doute, aux dires même du procureur de la république d’alors M.Dominique LE BRAS, ainsi que le rapportait le « Courrier picard ». Pourtant les recherches menées par le service régional de police judiciaire ne devaient pas aboutir  et faute de budget, cette belle salle , bâtie sur le modèle des basiliques antiques sur les plans de l’architecte HERBAULT, sans doute la plus majestueuse du palais  avec sa colonnade  cannelée à mi taille   délimitant  les bas côtés et un plafond à voussures, restait fermée à tout usage depuis lors .

Pour la reconstruction, le point de vue des chefs de cour appuyé par la chancellerie  et l’architecte des bâtiments de France, était de garder l’esprit de l’ensemble donnant à la fois une impression de majesté avec le style gréco romain et de communication facilitée par une architecture aux larges espaces ouverts où la vue se porte facilement.  En même temps il fallait que la plus belle salle du palais soit conforme aux canons d’une justice d’aujourd’hui, adapté aux multimédias, pour une justice  rendue au nom du peuple français et sous le regard de celui-ci.. Il fallait donc prescrit le palais des charges, que son architecture  facilite donc  une bonne communication entre les acteurs du procès et une bonne visibilité de celui ci tout en préservant la sécurité des personnes.

L’engagement quant au  respect de ces critères a déterminé le choix du cabinet d’architecture  lillois BASALT  qui a déjà à son actif d’importantes réalisations  d’architecture judicire , pénitentiaires et en administration régionale et municipale comme

Les travaux qui commencent se poursuivront jusques janvier 2010. Un effort particulier sera fait sur l’informatique et la video puisque des écrans permettront à tous de voir les pièces à conviction, l’acoustique sera très étudiée et l’accessibilité aux handicapés, prévue. Les échanges des parties avec la défense seront facilités.  La sécurité sera très étudiée, sans mélange des parcours suivis par les accusés et les autres  personnes. Cette salle d’audience sera conçue d’une  telle sorte qu’elle pourra accueillir également d’autres assemblées.

Gageons qu’après avoir produit une impression de tristesse dans l’enceinte du palais de justice d’Amiens depuis son incendie, cette salle redeviendra sans doute un atout supplémentaire de son prestige architectural- qui la faisait classer comme « temple de la justice »  par l’Association française pour l’histoire de la justice dans un ouvrage de 1992  auquel contribua le Président Jacques FOUCART- et de la qualité de la justice qui y sera rendue. 

pied de page