Acces nonvoyant, recommandé pour les personnes utilisant une synthèse vocale
Accueil

Accueil > La Cour d'appel > Archives des actualités > La Cour d'Appel d'Amiens présente en Martinique

27 décembre 2007

La Cour d'Appel d'Amiens présente en Martinique

Voir les magistrats du ressort de notre Cour d'Appel autrement !

Gérer et manager le tribunal de grande instance d'Amiens (26 magistrats du siège, + de 70 fonctionnaires), décider ou non du placement en détention d'un mis en examen, statuer en référé sur une demande d'expertise, voici le quotidien du président du Tribunal de Grande Instance. Pour s'évader de cette pression et garder prise avec la société Régis VANHASBOUCK a une méthode toute personnelle.

Le représentant de notre Cour d'Appel en pleine ascension

 

 

parcour du raid

Une traversée de la Martinique du Nord au Sud, une randonnée sportive de 127km et de 6000 mètres de dénivelé en empruntant les itinéraires de randonnée, les pistes à travers champs de cannes et de bananes, voici les vacances ordinaires du président du TGI d'Amiens. C'est un récidiviste de ce type d'épreuve depuis une quinzaine d'année, "l'ultra trail" pour les initiés, mais aussi de l'alpinisme avec l'ascension de plusieurs 6.000 mètres et d'un 7.000 à son actif.

Après la diagonale des fous (La Réunion) en 2005, Le Tchimbé raid (La Martinique) et l'Ultra Trail du Mont-Blanc en 2006, du 14 au 16 décembre, c'était cette fois ci, le Grand Raid Manikou.

 

 

le ravitaillement

 

 

 

Que vous apporte cette activité ?

Les magistrats exercent une profession qui peut conduire à un isolement, à ne pas avoir une vision exacte de la société, l'ultra trail me permet de conserver cette nécessaire ouverture d'esprit. J'y côtoie toute la société, toutes les couches sociales. En restant au tribunal je n'aurais pas fait ces rencontres.

traversée d'une rivière

 

 

 

 

La ligne de départ remet tout le monde au même niveau. Les entraînements et les épreuves permettent de rester au contact de la société, de garder une certaine modestie au quotidien. Lorsque je cours, cela remet beaucoup de choses à leur juste place.

 

la marche

 

Cela correspond peu à l'idée que le public se fait d'un magistrat.

Il est important que les magistrats conservent en dehors de leurs activités professionnelle,s une véritable place dans la société, dans la ville. Je le fais par le sport, mais il y a bien d'autres moyens, c'est à chacun de trouver le sien.

J'encourage souvent mes collègues à s'intégrer dans leur ville, dans des associations. Cela permet de connaître la ville ou nous exercons et ses habitants.

Nous sommes magistrats, mais aussi et peut etre avant tout des hommes et des femmes qui ont, en dehors du palais de justice, une vie citoyenne normale.

 

 

 

 

l'arrivéeParticiper à ces épreuves doit demander un sacrifice quotidien ?

C'est aussi un moyen de se connaître parfaitement. Je ne fais pas plus d'une épreuve de ce type par an. Cela nécessite, c'est vrai, une longue préparation avec des sorties plus courtes de 40 ou 50 km. Dans mon univers professionnel, presque tout est normé, prévu par des textes. Là quand on prend le départ, c'est une véritable aventure, on ne sait jamais si on sera à l'arrivée et ce qui va se passer.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Reste l'accessoire,  sur les 291 aventuriers inscrits, le dossard 117 à terminé l'épreuve à la 108 ème place en 33 heures, 5 minutes et 23 secondes.

pied de page